« Sois parfait ! »

Dans le 1er numéro du magazine Peps (http://www.pepsmagazine.com), il y a un dossier sur une petite voix du passé que nous avons pu entendre pendant une bonne partie de notre enfance : le fameux « Sois parfait ! ». Le message resté alors ancré en nous et moteur de la plus grande partie de nos actes sera le suivant : « si je ne suis pas parfait, je risque de ne pas être aimé »….

Aujourd’hui, les adultes devenus sont quotidiennement soumis aux freins suivants : une paralysie qui empêche le passage à l’acte (« soit on fait les choses parfaitement, soit on ne fait rien ! »…ou alors le « Si je sens que c’est hors de portée pour moi, à quoi bon ? »), un manque de confiance en soi, la dépendance au regard des autres, l’exigence continuelle que nous avons envers nous-mêmes (et donc, le manque de compassion et de bienveillance…) et la dépression (« La peur de perdre l’amour de ses parents coupe l’énergie vitale de l’enfant. Elle le centre sur leurs attentes et l’empêche d’être lui-même »).

Avez-vous remarqué qu’à présent que nous sommes devenus nous-mêmes parents, l’une des conséquences que j’ai évoquées ci-dessus peut être l’une des raisons pour lesquelles nous rencontrons des difficultés au quotidien avec nos enfants ? En effet, tous les jours, des parents ici et là me disent : « je sais que ce que je fais n’est pas bien pour eux », « je doute continuellement de tout ce que je fais avec mes enfants », « le jugement des autres me pèse tout le temps », « les autres me regardent de travers lorsque mon enfant fait une crise devant tout le monde », etc. etc. etc. (et la liste est -très- longue !).

Ce constat (d’admettre que c’est l’injonction d’être parfait qui pilote nos actes d’adultes vis-à-vis de nos enfants, mais aussi de toutes les personnes avec qui nous avons des relations) peut néanmoins nous aider à avancer et à inverser la tendance, progressivement. Avec le temps, il sera plus facile, avec cette conscience, de moins nous condamner, de moins nous juger aussi sévèrement, mais aussi d’être capables de plus de douceur avec nous-mêmes, de plus d’empathie, de plus de Respect….

Et vous ? Comment vivez-vous ce sentiment de ne « jamais être à la hauteur » ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s